Jeudi 21 mars 2013 4 21 /03 /Mars /2013 16:27

chantier-et-grue« Le changement dans le bâtiment, c’est maintenant ! » François Hollande a ressorti le tube présidentiel au moment de conclure son intervention ce matin à Alforville, alors qu’il venait d’annoncer une série de mesures en faveur du logement.

Venu rassurer le bâtiment, il a rempli sa mission, à tel point qu’il a réussi à dérider Didier Ridoret, le président de la Fédération Française du Bâtiment qui, depuis des mois, n’en peut plus de catastrophisme et d’annonces courroucées. 

Le Président de la République a dévoilé vingt mesures pour tenter de relancer la construction et la rénovation énergétique des logements en France.

Il faut dire qu’en ce moment, l’athmosphère a la gueule des mauvais jours : il n'y a eu qu'environ 340 000 mises en chantier de nouveaux logements en 2012, loin de l'objectif des fameux  500 000.

Du coup, Hollande a sorti l’artillerie lourde.

Pêle-mêle, le Président a annoncé une TVA réduite à 5 % sur la construction - et la rénovation - de logements sociaux (les organismes HLM devront s'engager à construire 150.000 logements sociaux par an), la limitation des recours abusifs contre les permis de construire, une subvention de 1 350 euros pour les travaux de rénovation effectués par les classes moyennes (cela pourrait représenter les deux tiers des Français) ainsi qu'un moratoire de deux ans sur les nouvelles normes. (En savoir plus : La tribune)

Deux remarques :

- Concernant la limitation des recours abusif, la mesure sera forcément salutaire : la construction de 30 à 35.000 logements est actuellement bloquée par des recours (ce qui représente 60.000 à 65.000 emplois), certains étant déposés pour de bonnes raisons quand d’autres sont simplement le fait de margoulins peu scrupuleux, qui se contentaient parfois de louer un bien pour pouvoir attaquer un projet entier… C'est une bonne nouvelle.

- Concernant la construction même des logements, une réflexion ne devrait-elle pas être menée par rapport aux logements inoccupés en France qui, selon les chiffres, varient de 2 à 3 millions ? Entre 20 et 40 % de ces logements appartiennent à de petits propriétaires qui n’ont pas les moyens de les rénover. Et voici l'idée, défendue par le  Directeur Général Adjoint de Cafpi, Philippe Taboret, interrogé dans le Moniteur : « pourquoi ne pas rendre ces biens éligibles, pour la plupart situés en zone tendue, au prêt à taux zéro, pour l'acquisition et les travaux ? ». Cela nous semble mériter réflexion.

Mais allons plus loin : le chiffre de 500 00 logements par an est-il un chiffre « utile ».

Ce chiffre est apparu dans  le rapport Attali qui proposait de construire plus et autrement. Attali partait du principe qu’il y a 3,5 millions de mal logés et 900 000 personnes sans domicile personnel. Pour lutter contre l'insuffisance de logements disponibles et la hausse des prix de l'immobilier, il préconisait de construire plus, soit 500 000 logements nouveaux par an. Logique pourrait-on penser, mais cela risque tout de même de laisser de nombreux logements, à terme, sur le carreau. Les mêmes précisément que l'on n'arrive pas à retaper.

Mais continuons : il y a une logique mathématique que l'on ne devrait pas oublier et qui est souligner dans la démonstration suivante, servie chaude par un promoteur (!) de Loire Atlantique, et qui nous a évité de faire de savants calculs.

« Si l’on considère que la taille moyenne des ménages est de 2,28 occupants, comme l’indique l’INSEE, le nombre de 500 000 nouveaux logements par an, systématiquement repris par les politiques et les économistes, représente une capacité immobilière adressée à 1,140 million de nouveaux habitants par an. Or, même en tenant compte d’un solde migratoire positif de 100 000 personnes par an, la croissance démographique annuelle n’excède pas 326 000 habitants. Il suffirait donc de 143 000 logements construits chaque année pour absorber cette demande supplémentaire ».

A fortiori si l’aide à la rénovation était plus importante…

Même en tenant compte des destructions de logements (entre 30 000 et 50 000 par an), ce que le promoteur ne fait pas dans sa démonstration, on voit bien que l’on risque d’arriver dans une impasse. A fortiori pour les petits propriétaires de logements anciens qui auront bien du mal à négocier leur bien...

Mais ceci n'est que notre point de vue. Le vôtre ?

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Actualité Bâtiment
Retour à l'accueil

Abonnement

Blog Roll Atlantis RH

Suivez nous

ATLANTIS-RH VIADEO ENCART 300X250 4000-2

Ebuzzing - Top des blogs - Emploi

Rechercher

OFFRES D'EMPLOI

Vous cherchez un emploi dans le BTP?

Nos dernieres annonces


CDI

Chef de Projet / Ingénieur Structure (H/F)

Paris, Ile de France (France) - 40000 à 50000€/an
CDI

Chargé d’Affaires BTP (H/F)

Bretagne (France) - 48000 à 55000€/an
CDI

Ingénieur Structure (H/F)

Evreux, Haute Normandie (France) - 38000 à 43000€/an
CDI

Responsable Pole Bâtiment (H/F)

Aix en Provence, Paca (France) - 60000 à 70000€/an

A la une

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés